Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AUTOPORTRAIT AVANT LE TOP

Quand les premiers flocons arrivent et que les enfants ouvrent chaque matin une fenêtre de plus sur leur calendrier de l'Avent, le cinéphile entre dans la saison frénétique des classements. Il consulte tous les tops 5, 10, 15, 20 édités par les professionnels, compare, compte, approuve ou peste. Puis, il parcourt la liste des films qu'il a vus en 2013 pour en tirer la quintessence de son année devant les grands écrans.

Si ces classements sont souvent sujets à débat, c'est souvent parce qu'on ne connaît pas la pratique cinéphile de ceux qui les ont établis. Qu'ont-ils vu? Qu'ont-ils raté? Où? Dans quelles conditions?

 

Avant de publier "La liste des films qui m'ont fait battre le cœur en 2013", voici donc mon autoportrait cinéphile en 4 points.

 

1. Je suis une spectatrice de province: Dans ma ville, on trouve 5 cinémas: 2 cinémas d'Art et d'Essai Caméo ( 8 salles en tout), 2 multiplexes (Kinépolis et UGC Ciné-cité) qui ne proposent aucun film en VOST et un cinéma UGC de 6 ou 7 salles en plein centre-ville. Je fréquente presque exclusivement les Cinémas Caméo. Ces cinémas sont les lieux de naissance de mon amour du cinéma, voilà maintenant plus de 20 ans.

AUTOPORTRAIT AVANT LE TOP

CONSEQUENCE 1: Certains films n'arrivent pas jusqu'à nous par manque de place (Leviathan, Les Rencontres d'après-minuit...) et d'autres ne restent à l'affiche que peu de temps (Haewon et les hommes).

CONSEQUENCE 2: Je ne parviens pas toujours à surmonter la contrainte de la VF pour aller voir, malgré tout, certains films (Les comédies américaines notamment).

 

2. Je suis une spectatrice du 5e rang: J'ai trouvé le point de vue idéal sur le film, le fauteuil élu. Je l'ai choisi après des dizaines d’essais, m’enquérant de la qualité de la réception du son et de l’image, de la position du dos et de la tension du cou relevé vers l’écran, mais aussi de mon rapport aux autres spectateurs. Placée un peu en retrait, j'ai fait le choix de ne pas oublier que tout cela n’est que « du cinéma » et d’intégrer à mon champ de vision des nuques et des chevelures anonymes, les murs et les lumières des issues de secours.

AUTOPORTRAIT AVANT LE TOP

CONSEQUENCE : Ma réception d'un film peut être troublée si je n'accède pas à cette place.

 

3. Je suis une spectatrice active: Je travaille, et mon métier, bien qu'en partie en lien avec le cinéma, prend du temps. J’ai deux enfants scolarisés en primaire. Je vais au cinéma le soir, à la séance de 22h, le dimanche matin et parfois l’après-midi. Il peut m’arriver de passer une semaine sans voir un film sur grand écran.

AUTOPORTRAIT AVANT LE TOP

CONSEQUENCE 1 : Je ne peux pas tout voir ! Mes plus importants regrets cette année sont Heimat et Shokuzai. Je commence seulement à pratiquer le rattrapage en VOD, avec réticence, car je suis une vieille cinéphile attachée à la salle et à l’écran de cinéma.

CONSEQUENCE 2 : Un film trop faible, vu à la séance de 22h, n’est pas toujours un film vu en entier…Parfois, la fatigue gagne le match.

 

4. Je suis une spectratrice solitaire: J’aime débattre d’un film. Le plus souvent, le premier geste à la sortie d’une projection est d’ailleurs de saisir mon téléphone portable pour rapporter mes impressions à mon entourage. Cependant, je tolère mal d’être accompagnée pendant une séance. La présence d’un autre à mes côtés me gêne car je suis totalement intolérante au bruit, même d’une respiration.

AUTOPORTRAIT AVANT LE TOP

CONSEQUENCE : Certains films vus cette année ont été mal vus en raison de perturbations sonores (discussions, réactions trop fortes) ou visuelles (lumière de téléphone portable, grands gestes de spectateurs en direction de l’écran).

 

BILAN 2013:

J’ai vu 90 films dont une quinzaine de reprises. Certains ont été vus parfaitement, d’autres un peu moins. Certains ont été vus dans des salles pleines ou bruyantes (Gravity, The Immigrant), d’autres dans le silence d’une salle presque vide (Camille Claudel 1915, The Bling ring ou A la merveille). Certains ont été vus ailleurs, au Festival du film de Sarlat (Suzanne, Casse-Tête chinois) ou au Portugal (Pacifim rim). Quelques-uns ont été vus accompagnés (The Master, Tip Top). D’autres ont été suivis d’une rencontre avec le réalisateur (Gare du Nord, Ilo Ilo, Tirez la langue mademoiselle, La Fille du 14 juillet…). Toutes ces circonstances conditionnent grandement ma réception d’un film et la trace que celui-ci laissera (ou non) en moi. Dans une année de cinéma marquée par la multitude des bons films mais surtout par l’absence de grands films, ces détails prennent encore plus d’importance dans le travail de hiérarchisation qu’est le classement. Puisqu’aucun film ne s’est imposé à moi avec l’évidence de Take Shelter et Tabou l’an dernier, c’est sur ces impressions toujours instables et incomplètes que se fondera mon TOP 2013.

AUTOPORTRAIT AVANT LE TOP
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Céline P.


Voir le profil de Céline P. sur le portail Overblog

Commenter cet article

dr orlof 24/12/2013 19:21

Hehe : je me reconnais pas mal dans ce portrait :) Pour les numéros 1 et 2, je suis comme toi (le 5ème rang, c'est effectivement le meilleur). Maintenant, je vois beaucoup moins de films que toi en salle (quand j'arrive à une cinquantaine, c'est bien) et si je ne supporte pas non plus le bruit (du style pop-corn ou ados qui répondent au téléphone), je suis sans doute un peu moins dogmatique dans la mesure où je ne rechigne pas quand je suis accompagné.
Joyeuses fêtes à toi

Céline P. 24/12/2013 20:30

Joyeux Noël à toi et merci de m'avoir donné envie de me mettre au blog.